Gécamines SA, une avalanche de plans et programmes. Mais pour quelles fins?

La Gécamines SA, le « poumon économique » ou mieux, cet ancien poumon de l’économie rd congolaise est bien malade.Il semble que toutes les forces de nature se soient déchainées pour déraciner ce colosse ! Aussi le gouvernement, le Conseil d’Administration et les cadres de l’entreprise n’ont pas cessé d’initier plan sur plan, restructuration sur restructuration, afin de remettre sur les rails ce géant mal en point. Mais l’opinion s’interroge sur l’efficacité de toutes ces dispositions, tant la situation sociale des « Gécaminards » est des plus précaires.

Pour rappel plusieurs plans et programmes ont été levés pour redresser la société, mais rien n’y fait ! L’on se souviendra de tous les plans conçus il y a quelques années pour faire décoller la Gécamines qui n’ont jamais abouti. On en est à ce jour au enième globalement et au quatrième pour la direction actuelle!

Et aujourd’hui, c’est le PCA, lui–même, qui, dans son dernier adresse, a troqué sa casquette contre celle de l’ADG pour en appeler au bon sens et à la conscience des travailleurs !

Dans son adresse, Monsieur Albert YUMA a rappelé tous les aspects du plan actuel dont l’objectif est toujours et encore le redressement de la Gécamines d’ici deux ans. Le nouveau plan concerne surtout le Groupe Centre, avec le projet de la filière de KAMFUNDWA-HSM-LIXIVIATION en tas-USINES de SHITURU, filière de GRAND HEAP de PANDA; et le groupe Ouest, avec l’usine de DEZIWA (±80.000T/CM/an) et bien d’autres projets.

Mais pour nous, les mêmes questions demeurent : pourquoi les plans antérieurs n’ont–ils pas réussi ? Quelles stratégies a-t-on mises en place en son temps pour qu’ils aboutissent ? Où mène la politique actuelle du président du Conseil d’Administration ?

En effet, l’essentiel n’est pas de reformer ou de restructurer « en surface », encore faut-il creuser « en profondeur », identifier les causes réelles du mal, repenser les bons remèdes et les appliquer jusqu’au bout pour pouvoir enfin juger de leur réussite. Car pour le cas de la GCM, on a l’impression qu’il y a pléthore de mesures de redressement auxquelles on ne consacre pas assez de temps ni d’énergie pour les voir aboutir.

Certains, par exemple, se demandent encore où on en est avec le plan stratégique 2012-2016 ?

Par ailleurs, on assiste aujourd’hui à un disfonctionnement latent des services vitaux de la Gécamines, dont les dirigeants locaux fréquemment appelés en consultations à Kinshasa, ne disposent plus du temps matériels nécessaire à l’accomplissement de leur tâche habituelle ; sans parler des charges que ces déplacements constituent pour la trésorerie de la société déjà en souffrance….

Certes, les moments sont très durs pour les miniers actuellement, mais nous exhortons le gouvernement et les dirigeants de la Gécamines à faire preuve de patriotisme, de constance et de patience pour conduire leurs projets dans la durée, afin que des retombées positives en résultent au profit des travailleurs, du gouvernement et de la république toute entière.

Jideux

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *