L’Etat réagit au retrait de Freeport McMoran du projet Tenke Fungurume

(Agence Ecofin) – L’Etat congolais a traité d’ « unilatérale » la décision de la firme américaine, Freeport McMoran, de se retirer de l’entreprise Tenke Fungurume Mining (TFM), premier producteur de cuivre du pays. Il déplore également le fait qu’il ait appris cette décision à travers les médias, suite à un communiqué de presse, en date du 9 mai 2016, de la firme américaine, faisant état  d’accords présentés comme « définitifs » visant la cession de la totalité de ses intérêts (TFM).

En attendant les précisions nécessaires, il rappelle à Freeport McMoran, TFM Gécamines, TF Holdings et le Groupe Lundin, tous actionnaires du projet, leurs engagements vis-à-vis du pays, qui ont permis de conclure la convention minière en vertu de laquelle TFM opère. Il les invite, par conséquent, à se conformer auxdites conventions ainsi qu’au droit applicable, en particulier dans l’hypothèse présente d’un projet de vente directe ou indirecte de TFM à des acquéreurs tiers.

Par ailleurs, il promet aux employés et partenaires de TFM de veiller au strict respect des accords et règlements applicables. En outre, il a déclaré être soucieux que la démarche engagée par Freeport McMoran n’affecte pas le développement du projet Tenke Fungurume et la bonne marche de l’entreprise.

Le projet Tenke Fungurume porte sur un des plus  grands gisements de cuivre et de cobalt au monde, dans des concessions contiguës couvrant plus de 1 500km2 au Katanga. Freeport-McMoRan Copper & Gold Inc (USA) était jusqu’à sa décision de retrait, actionnaire majoritaire de ce projet qu’il détient à 56%. Lundin Mining possède 24% des parts contre 20% pour la Générale des Carrières et des Mines (Gécamines).

Louis-Nino Kansoun

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *