MOT DU PRESIDENT PROVINCIAL DE LA FEC/KATANGA A L’OCCASION DE L’OUVERTURE OFFICIELLE DE KATANGA BUSINESS MEETING

La première édition de KBM a été organisée à Lubumbashi, du 29 au 31 mai 2014. Cette exposition initiée par la maison MUSAL a rassemblé les opérateurs œuvrant dans la république et ailleurs. Et dans son speech inaugural, le président de la FEC/Katanga, M. Éric MONGA a commencé par exprimer sa joie d’avoir été associé à cette manifestation inédite dans l’espace économique katangais.
Après avoir remercié toutes les autorités politico-administratives invitées à ce forum, l’orateur a salué la présence massive de nombreux acteurs du monde économique du Katanga et celle d’une délégation des entreprises de la République du Kenya.

L’organisation de cette exposition à Lubumbashi, sous le thème « Afrique, ma terre d’avenir », a déclaré le président de la FEC/Katanga, augure du rôle majeur « du grand Katanga dans l’essor économique du continent africain ». Car elle constitue un cadre idéal d’échanges sur les opportunités d’affaires à développer et susceptibles d’optimiser les partenariats locaux, socle de la sous-traitance prônée par les autorités tant nationales que provinciales.

Puis Éric MONGA a souligné le boom réalisé dans la production du cuivre évaluée à ± 40000 tonnes fin 2007, qui avoisinerait les 984000 tonnes fin 2013.

Ce bon de géant a ramené la RDC à la 6ème place mondiale des pays producteurs du métal rouge, et à la première en Afrique ex-aequo avec la République sœur de Zambie. Cette remarquable performance, a poursuivie l’orateur, est à mettre sur le compte du gouvernement congolais qui a initié la révision actuellement du code minier 2002. Mais parmi les écueils susceptibles de plomber cette croissance économique, M. Éric MONGA a relevé des causes à la fois internes et externes.

Evoquant les facteurs internes, l’orateur a relevé notamment la lenteur et la faiblesse des investissements dans l’énergie et le transport ferroviaire. En outre, il a exhorté le gouvernement à bien négocier la révision du code minier, et surtout, à alléger la pression fiscale doublée de pénalités exorbitantes qui pèsent sur les sociétés installées au pays.

Ensuite, il a félicité et encouragé tous les acteurs économiques qui soutiennent la réhabilitation des infrastructures de base au Katanga, sous l’impulsion éclairée du gouverneur Moïse Katumbi. L’exemple de la route de Kolwezi est une illustration probante de ce fructueux partenariat entre l’Etat et les opérateurs  économiques. Parlant des facteurs externes, M. Éric MONGA a stigmatisé les chutes imprévisibles du cours international du cuivre qui réduisent considérablement la marge de manœuvres des exploitants miniers.

Et pour terminer, le président de la FEC/Katanga a appelé tous les opérateurs économiques du Katanga à recourir davantage à la sous-traitance locale, dont les compétences couvrent presque tous les secteurs économiques de la province, en vue de favoriser l’émergence de la classe moyenne tant attendue par tous les congolais. Ces compétences locales, a ajouté M. Éric MONGA, se retrouvent aussi dans les écoles, les universités, les cabinets fiscaux et juridiques, les formations médicales que les différentes sociétés de services.

« Ainsi, notre province est dotée d’atouts importants, mettons-les en valeur ! Et nous pourrons, de cette manière ; concrétiser ensemble les attentes de nos populations pour le bien-être de tous », a conclu le Président provincial de la FEC/Katanga.

La Rédaction

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *